Rechenmann à Bordeaux pour Le Choix de Victor (Petite Machine à Lire)

Lecteurs et futurs lecteur de Guy Rechenmann autour d'un verre à la librairie la Petite Machine Photo: Valérie Doulevant

Lecteurs et futurs lecteur de Guy Rechenmann autour d’un verre à la librairie la Petite Machine
Photo: Valérie Doulevant

Une soirée autour du Choix de Victor de Guy Rechenmann Photo: Valérie Doulevant

Une soirée autour du Choix de Victor de Guy Rechenmann
Photo: Valérie Doulevant

Sous le regard bienveillant du chat de Guy Rechenmann (le Choix de Victor) Photo: Valérie Doulevant

Sous le regard bienveillant du chat de Guy Rechenmann (le Choix de Victor), débat autour des choix de vie…
Photo: Valérie Doulevant

 

Le roman de Guy Rechenmann a généré moult discussion sur le libre-arbitre de chacun dans sa vie Photo: Valérie Doulevant

Le roman de Guy Rechenmann a généré moult avis sur le libre-arbitre de chacun dans sa vie
Photo: Valérie Doulevant

Rencontre avec Guy Rechenmann à La Petite Machine, autour du roman “Le choix de Victor“, animée par Valérie Doulevant ce mercredi 20 Novembre à 18h.

Où est la part de hasard, de choix, dans une vie?

Ce roman à tiroirs permet de mieux s’embrouiller et de ne pas obtenir de réponse à cette question… Néanmoins, Guy Rechenmann et Valérie Doulevant soulèveront ce soir une partie du voile, à la librairie la Petite Machine (47 rue le Chapelier), près du Jardin Public, sur le mystère du hasard des rencontres et des possibles de la vie, dans la joie et la bonne humeur.

La rencontre se déroulera autour de Fred le héros, le bordelais qui se cherche, Constança la gardienne de l’immeuble, Jimmy le percussionniste noir, Bob, Clara, Adeline l’étudiante et les autres personnages mis en scène par Guy Rechenmann, sur un fond de scène bordelais, l’action se situant en plein cœur de la ville de Bordeaux, en 1978.

Fred au petit matin: “Un lever avec les poules pour un embauches à huit heures et un retour de galérien, menotté dans les embouteillages, son quotidien. Sauf que lui, le pognon, il ne le pond pas: il va se les cueillir dans son usine à cartons, ses trois figues, en tournant délicatement, pour ne pas les abîmer.”

Fred dans le bus, jouissant  de la ville de Bordeaux: “Plus loin, Fred profite toujours du spectacle que lui offre le trajet. Il joue les touristes, il a l’esprit à ça, il est sur un nuage. Il tourne la tête vers la gauche, le bus  dépasse la marquise polychrome du rocailleux grand bar Castan, là depuis 1890, puis un joyau se dévoile, la place de la Bourse, aérée, équilibrée, modèle d’architecture mais noire de la poussière du temps, en harmonie avec l’ancienne statue royale.

En avançant vers le ponant, derrière les grilles à hautes piques rouillées, les quais et ses hangars de suie se déroulent, les édifices se ressemblent, identiques, mornes, décrépis, toujours épiés par le squelette de grues fantomatiques mais Fred leur trouve du caractère à cet instant précis et même un certain charme.”

Rires, interrogations, réponses peut-être seront au rendez-vous ce mercredi 20 novembre 2013, à 18h…

Renseignements au 05 57 87 28 59.

Valérie Doulevant